Le Christkindel, l’Enfant-Christ ou la fée de Noël

Il y a quelques années, avant que le Père Noël n’existe, d’autres personnages du légendaire germanique venaient faire la distribution des cadeaux aux petits enfants sages.

Le Christkindel est issu de la mythologie germanique. Il représente notamment l’enfant Jésus, par une petite fille. Certaines représentations montrent également une femme, drapée d’un voile et de tissus d’un blanc immaculé. Elle peut aussi porter sur la tête une couronne de bougies.

Son étymologie provient d’une abréviation de Christus als Kind, Christus-Kindlein, Christ-Kindel, et traduit par l’Enfant-Christ. 

Le Christkindel vient d’une représentation de la mythologie païenne, qui était une divinité, la déesse Berchta. Dans le folklore germanique, cette déesse serait plutôt une fée du foyer. Son rôle était d’emmener les enfants morts-nés jusqu’au ciel, durant la nuit de Noël.

Finalement, suite à cette tradition alémanique, la déesse est remplacée par Christkindel, et voit alors le jour au XVIe siècle, à la suite de la Réforme protestante.

La fête de la Saint-Nicolas, patron des écoliers, était traditionnellement le jour le plus important en Alsace. Il allait à la rencontre des enfants, et distribuait de belles choses aux plus sages : un manala/mänele ¹ et une mandarine.

L’image du Christkindel a permis au moment de la Réforme, de s’approprier les pouvoirs du Saint-Nicolas, jugé trop ancien et invraisemblable.

Par la Réforme, les saints n’avaient plus le droit de cité ², et au fil du temps, Saint-Nicolas a disparu pour laisser place au Christkindel, qui accompagnait le Père Fouettard (ou Hans Trapp), et leur distribuait des cadeaux. Dans un même temps, il est amené à être une présence christique dans le fond. Ce changement de tradition s’est fait sur près d’un siècle, donc vers 1530-1536, entre la disparition de Saint-Nicolas et la première mention du Christkindel (suite à un édit de 1570 du conseil municipal de Strasbourg pour remplacer le Klausemärik, le Christkindelmärik).

C’est le pasteur Johannes Flinner qui monte en chaire à la cathédrale de Strasbourg et blâme ces us et coutumes trop “papiste”, en évoquant la tromperie envers les petits enfants, d’un personnage qui distribue des cadeaux à tous. Ce devait être une mission du Christ !

Ce dernier apparaît alors sous la forme d’une dame blanche ou une bonne fée, et en Alsace, il passe voir les enfants peu avant minuit, pendant qu’ils seront dans le pays des rêves.

Aujourd’hui, nos anciens se moquent bien du barbu vêtu de rouge volant dans le ciel et avec un traîneau tiré par des rennes.

“Des rennes ! Oye… A-t-on jamais vu des rennes en Alsace, ni même en France ?!“

Pour finir sur les origines du Christkindla, voici une petite histoire, qui date de 1863, et qui comporte des ressemblances avec Saint-Nicolas :

« Dans la veillée de Noël, la famille se réunit, jeunes et vieux, on allume la grande bûche de Noël dans la cheminée du salon, on allume bougies et cierges, on se recueille, on attend, on a peur, on tremble, la visite du Christkindel est annoncée pour récompenser les bons. Hans Trapp viendra chercher les méchants. On a soin de mettre une botte de foin dans un coin de l’entrée, afin que l’âne, chargé des cadeaux et fatigué du voyage, ne meure pas de faim.

On sonne devant la porte, Christkindla apparaît : c’est une vision blanche sous les formes d’une femme voilée, ayant couronne au front, et suspendue à l’épaule une corbeille remplie de bonbons. Ce sont alors des éloges, des promesses, des baisers, des pleurs de joie, des poignées de mains, des pluies de dragées. Hans Trapp, le suivant de cette merveilleuse fée, reste presque toujours dehors, faisant son soliloque d’une voix caverneuse pour compléter le mystère ; et s’il va jusqu’à apparaître, c’est un de ces diables avec une figure barbouillée de noir, un fouet à la main. Christkindel, le génie du bien, la Dame blanche, sous le voile céleste d’un ange et Hans Trapp, le génie du mal, Méphistophélès, sous l’infernal accoutrement d’un démon.

Demain, dit la femme voilée, en remplissant de bonbons le creux des mains des enfants, demain, mes chers enfants, vous trouverez à votre réveil quelques cadeaux, en souvenir du petit Jésus. »

La veille de Noël en Alsace – Christkindel et Hans Trapp venant demander si les enfants ont été sages. (Théophile Schuler, 1858)

¹ En heut-rhinois/bas-rhinois : Brioche en forme de gamin empaillé (traduction personnelle).

² Les saints étaients moins considérés par l’Eglise 

Sources :

  • Histoire et origine du Christkindelsmärik, marché de noël, 24 décembre 1992, INA Histoire
  • L’histoire du Christkindelsmärik, le marché de Noël de Strasbourg, 15 décembre 2015, Alsace20
  • wikipedia.org
  • http://www.noel-alsace.fr
  • http://www.isundgau.com
  • Google Image

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *